Le Grand Palais, Paris, France

Le Grand Palais, Paris, France

Reprise en sous-œuvre du Grand Palais construit en 1900 et classé Monument Historique, en intégrant un soutènement pour un ouvrage souterrain ultérieur dans la grande nef.

Reprise en sous-œuvre du Grand Palais construit en 1900 et classé Monument Historique, en intégrant un soutènement pour un ouvrage souterrain ultérieur dans la grande nef.

Contexte
Contexte

Achevé en 1900, le Grand Palais des Champs Elysées est fondé sur des alluvions dont la qualité se dégrade en allant vers la Seine (partie sud du bâtiment).

Pays

France

Maître d’ouvrage

Ministère de la Culture

Maître d’oeuvre

Architecte Monuments Historiques : A.C. Perrot / Architecte Palais Nationaux : J.L. Roubert / Bureau d'études : SETEC TPI

Entreprise générale

Soletanche Bachy

Au sud, les bâtisseurs de l’époque avaient battu des pieux en bois sous les semelles de fondations.

La baisse de la nappe phréatique entraînant la dégradation des têtes de pieu, a provoqué des tassements importants (estimés à 15 cm par endroit) et donc des désordres dans la structure. Pour sauver ce bâtiment classé Monument

Historique, il a fallu reprendre en sous-œuvre l’ensemble des fondations sous charpente métallique et sous maçonneries sans créer de désordres supplémentaires.

Soletanche Bachy a étudié et mis en œuvre dans un contexte hautement sensible et fragile une opération délicate de reprise en sous-œuvre combinant du génie civil, du jet grouting et intégrant une paroi moulée qui permettra de créer ultérieurement un ouvrage souterrain.

La solution devait tenir compte de deux sujétions importantes :

– aucun tassement,

– maintien de l’exploitation du Palais de la Découverte et des Galeries Nationales.

La paroi moulée a été réalisée au plus près des fondations d’origine supportant la charpente métallique de la nef et du dôme.

C’est la technique du jet grouting qui a été retenue pour conforter les fondations sous les maçonneries.

Parfaitement adaptée à la proximité des mitoyens et au contexte difficile (travaux dans les caves de hauteur de l’ordre de 2,50 m), cette méthode a permis de créer des colonnes de “béton de sol” sous les fondations.

La liaison entre la paroi moulée, le jet grouting et la structure métallique existante a été réalisée selon une technique proposée par Soletanche Bachy : la reprise en sous-œuvre a été réalisée par moisage. Des massifs en béton construits sur la paroi moulée et les plots de jet grouting viennent enserrer les semelles existantes. La mise en précontrainte de l’ensemble permet de reporter les efforts de l’ancrage sur les nouvelles fondations, sans aucune déformation.

Une fois ces travaux d’infrastructure réalisés pour assurer la stabilité de l’ouvrage, le programme de rénovation du Ministère de la Culture se poursuit par la réparation de la charpente métallique et par le remplacement de la verrière du Grand Palais.