Le Collège des Bernardins, Paris, France

Reprise en sous-œuvre par micropieux dun édifice datant du XIIIème siècle.

Reprise en sous-oeuvre / micropieux
Contexte
Contexte

Le Collège des Bernardins à Paris est un bâtiment construit au XIIIème siècle sur le modèle des abbayes cisterciennes et aujourd’hui classé Monument Historique.

Maître d’ouvrage

Associations Diocesaine de Paris / MOA délégué : SEFRI-CIME

Maître d’oeuvre

H. Baptiste architecte en chef des Monuments Historiques

Entreprise générale

Lot micropieux : Soletanche Bachy

Bâti sur les alluvions récentes de la Seine, l’édifice a connu des tassements dès sa construction.

Le bâtiment s’est fragilisé au fil des ans, jusqu’à présenter de graves problèmes de sécurité qui ont conduit à combler le cellier (salle inférieure) sur une partie de sa hauteur. Dans le cadre d’une opération de consolidation et de modernisation du bâtiment, Soletanche Bachy s’est vu confier les travaux de reprise en sous-œuvre des fondations qui permettent de dégager le cellier.

La solution retenue consiste à reprendre en sous-œuvre :

– chaque pilier du cellier (deux files de 16 piliers), par deux micropieux scellés dans un massif créé sous chaque pile (100% de la charge est reprise par ces micropieux),

– les murs périphériques du bâtiment, par des micropieux inclinés scellés directement dans les maçonneries (seule une partie de la charge est reprise par ces micropieux, les fondations existantes continuant à jouer leur rôle).

Les travaux ont été réalisés depuis le cellier du bâtiment, sous hauteur réduite et dans un environnement fragile et exigu.

322 micropieux de 15 m

Les piliers du cellier

Des micropieux (64) ont tout d’abord été exécutés autour de chaque pied de colonnes. Un carcan métallique, prenant appui sur les nouveaux micropieux, est ensuite mis en place pour dégager les pieds de colonnes. Ce système permet de déposer les pierres de fondation existantes et de réaliser un massif de fondation sous chaque pilier. Les têtes de micropieux sont ensuite liées au massif par des platines métalliques.

Les murs

Les micropieux (258) ont été forés depuis le rez-de-chaussée ou, pour certains, depuis des niches existantes ou créées spécialement, ainsi que depuis l’extérieur au travers des contreforts.