10/04/2012

Barrage de Wolf Creek : record en matière de sécurité

Les équipes de chantier atteignent le million d'heures sans accident du travail sur le barrage de Wolf Creek.

Les équipes du chantier de rénovation des fondations du barrage de Wolf Creek (Kentucky) ont franchi le 17 août dernier une étape remarquée lorsque les hommes et femmes travaillant à la mise en place d’une paroi de protection en béton dans le remblai du barrage ont atteint les 550 jours et le million d’heures de travail sur le site sans le moindre accident avec arrêt de travail.


Au cours de cette période, Le Corps des Ingénieurs de l’Armée des Etats-Unis (District de Nashville) et le contractant Treviicos-Soletanche J.V., ont travaillé très dur pour éviter tout accident pouvant engendrer des retards potentiels. Ils ont fait véritablement équipe, organisé de fréquentes réunions de sécurité, revu les procédures et maintenu une présence constante des inspecteurs de la sécurité sur la plateforme de travail.

“Cet incroyable record en matière de sécurité est rendu possible grâce à l’accent mis sur la sécurité sur le site et à l’attention constante portée à tous les détails du programme de sécurité ; cela est essentiel quand il y a autant d’éléments en mouvement, véhicules, équipements et personnel se déplaçant jour et nuit sur la plateforme de travail,” explique le Lieutenant Colonel James A. DeLapp, Commandant du District de Nashville.

La mise en place de la paroi visant à stopper les filtrations à travers la fondation calcaire karstique du barrage est terminée à 80% et devrait s’achever en décembre 2013.

John Schnebelen, Responsable de la Sécurité du District de Nashville sur le barrage de Wolf Creek, a déclaré que la politique de sécurité mise en place au début du projet avait permis l’avancement de celui-ci avec un million d’heures sans accident du travail. Il a ajouté que les besoins en formation avaient été identifiés et que le Corps des Ingénieurs et le contractant avaient travaillé ensemble pour revisiter le plan de prévention des accidents tout en instillant une culture de la sécurité, permettant une augmentation simultanée de la sécurité et la productivité.

Selon Schnebelen, “La sécurité et la productivité vont de pair ; vous ne pouvez obtenir de bons résultats dans un domaine si vous échouez dans l’autre.”

Le contractant, qui témoigne d’un profond sentiment de fierté, s’est concentré sur la santé et le bien-être de ses employés.

Fabio Santillan, Responsable du Projet pour Treviicos-Soletanche J.V., a indiqué que ses équipes de chantier avaient travaillé 24 heures sur 24, accumulant ainsi plus de 11.000 heures hommes par semaine.

“Treize foreuses et divers équipements annexes travaillent ensemble dans une zone très encombrée jour et nuit, sans interruption”, a commenté Santillan. “Nous réalisons en moyenne 385 levages par grue quotidiens, et 110.000 par an. Chaque levage est une opération critique qui exige que notre personnel prenne conscience des risques et suive les procédures de manière rigoureuse et sûre”.

Santillan indique qu’il est intimement convaincu que la sécurité et la qualité font partie intégrante de la production, c’est pourquoi il est indispensable pour chaque personne présente sur le chantier de travailler en toute sécurité.

“Je suis très fier de faire partie de cette équipe sans qui cette exceptionnelle réussite n’aurait été possible”, s’est félicité Santillan. 

Le 1er Lieutenant Allen Stansbury, Chargé de Projet du District de Nashville, a souligné que le perfectionnement constant du processus de construction pour pouvoir réaliser les mouvements des machines et les séquences de forage conformément au planning a placé la sécurité au premier plan, non seulement sur la plateforme de travail, mais également dans l’atelier de maintenance, dans les zones de stockage, les installations de dessablage et les bassins à boues.

Selon Stansbury, le contractant a également tenu des réunions quotidiennes et hebdomadaires de sécurité afin d’encourager les remontées de la part de toutes les personnes travaillant sur le chantier, quel que soit leur niveau d’intervention. Schnebelen a travaillé sans relâche avec le contractant afin d’identifier les faiblesses en matière de sécurité et apporter des améliorations au programme de sécurité.

Le projet avait franchi l’étape des 500.000 heures en novembre 2011 et des 750.000 en février 2012.

Communiqué officiel de l’USACE.