07/01/2013

Terminal méthanier de Dunkerque

Fin 2015, le Port Autonome de Dunkerque accueillera un terminal méthanier d’une capacité annuelle de regazéification de 13 milliards de m3.

Ce 2e plus important chantier industriel en cours en France prévoit la réalisation d’une plateforme et d’ouvrages maritimes, du terminal méthanier lui-même, des ouvrages de raccordement. 2011, 2012, 2013, Menard et Soletanche Bachy interviennent à différentes phases du projet.

Rendre stable les sols
Début 2012, le Grand Port Maritime de Dunkerque confie à un groupement, dont fait partie Menard, la réalisation des aménagements portuaires. Il s’agit de créer la darse qui accueillera les méthaniers, remblayer et consolider la plateforme sur laquelle se trouveront les infrastructures portuaires, et réaliser les digues externes liées. Dans ce cadre, Menard a pris en charge le renforcement des sols sous les talus sous-marins jusqu’à 30 m de profondeur. L’objectif ? Rendre stable des sols sableux et silteux sensibles au phénomène de liquéfaction en cas de séisme et ainsi garantir la pérennité de la plateforme pour la vidange des bacs de stockage plusieurs mois après l’événement sismique. Pour ce chantier, Menard a mobilisé des moyens de traitement à la fois terrestres et maritimes. La réception des colonnes ballastées a nécessité la mise en place d’essais géophysiques afin de déterminer le module de cisaillement en petites déformations du matériau traité ainsi que celui du ballast utilisé pour les colonnes. Fin 2012 - début 2013, Soletanche Bachy Pieux améliore les sols sous les 3 futurs réservoirs de stockage de Gaz Naturel Liquéfié (GNL). Le risque lié à la liquéfaction des sables silteux lâches et à l’hétérogénéité des remblais hydrauliques le rend nécessaire. La technique utilisée est celle du vibrocompactage avec apport de ballast. Le sol sous la future station de regazéification a également été amélioré.

Creuser les argiles de Flandres
En 2011, Dunkerque LNG charge un groupement, auquel participe Soletanche Bachy France et dont CSM BESSAC est mandataire, du creusement d’un tunnel. Long de 5 km, d’un diamètre intérieur de 3 m, sous une charge d’eau de 45 m, le tunnel doit permettre l’acheminement des eaux tièdes de la centrale nucléaire de Gravelines au terminal méthanier pour la regazéification du GNL. Avant son entrée en action, le tunnelier passe quelques mois dans les ateliers de CSM BESSAC pour les adaptations nécessaires. Une nouvelle roue pour creuser les argiles de Flandres est ainsi conçue et mise en place sur le tunnelier à pression de terre. En amont également du creusement du tunnel, Soletanche Bachy France a construit le puits de départ du tunnelier (parois à 65 m de profondeur) et la station de pompage.